S'identifier - S'inscrire - Contact

__Fil Twitter_


Rubrique courante



Laissons couler l'eau sous les ponts...

11h : Cote à 1,97m : ça passe encore...

Par Isabelle Clep-Guetny • Vie de village • Samedi 24/01/2009 • 3 commentaires  • Lu 2415 fois • Version imprimable

 


Mots-clés : ,

Commentaires

Tout est question de choix : les parpaings ou les sous par isabelleclep le Dimanche 01/02/2009 à 14:27

Certains font remarquer qu'il faut mieux ne pas publier de photos d'inondation car cela nuit à la vente des maisons concernées !! Ici nous faisons le choix inverse : la transparence (c'est la vocation d'un blog citoyen et c'est également l'obligation légale du vendeur de la maison) de dire ce qui se passe quand une crue est là afin d'aider les riverains nouveaux (ou futurs) pour qu'ils puissent avoir accès à une mémoire en images des niveaux atteints correspondants à une cote d'alerte.
L'expérience du week-end nous l'a prouvé : les habitants des maisons concernées regrettaient de ne pas avoir une trace des heures et des niveaux des crues précédentes pour évaluer les interventions à mettre en oeuvre ou pas face à la rapidité relative de la montée des eaux. C'est donc avec ces données correspondantes (heures, cotes et niveau) qu'ont été publiés les différents articles tout au long du week-end.
Nous faisons ici le choix d'aider ceux qui se retrouveront une prochaine fois les pieds dans l'eau avec toute l'angoisse que cela comporte, plutôt que le portefeuille de ceux qui quittent le village.


Choix citoyen par leblase le Lundi 02/02/2009 à 13:07

J'approuve totalement cette attitude: que vaudrait un site dissimulant la vérité ou les simples évènements de la vie dans un but vénal?
Une communauté toute entière devrait-elle se laisser envahir par le mensonge dans l'espoir de gruger de nouveaux propriétaires (qu'il faudra bien considérer comme des nouveaux voisins)?


Re: Choix citoyen par Pierre Sternberger le Lundi 09/02/2009 à 09:02

"Une fois qu'on a expliqué une chose, on a seulement une explication"

Jim Harrison
Merci leblase.