S'identifier - S'inscrire - Contact

__Fil Twitter_



les gestes "chouettes"

agir pour la chouette chevêche

Par Bruno Clep • Actus • Jeudi 20/04/2006 • 0 commentaires  • Lu 1353 fois • Version imprimable

Notre sortie du mois de mars nous a confortés dans l'idée que la vallée de la Vègre est un milieu propice à la nidification des chouettes chevêches (entendues sur trois lieux d'habitat, tout près du village).
Voici quelques infos pour mieux connaître ce rapace nocturne et préserver ses lieux de nidification (d'après les fiches techniques de la LPO)

Au temps des grecs et des romains, les hommes vénéraient la chevêche (Athena noctua), elle était l'emblème de la science, de la sagesse et de la vertu. (Et aujourd'hui la Grèce en a toujours gardée son effigie, frappée au dos de ses euros !). Au Moyen-Âge, les croyances l'associaient aux sorcières et symboles du mal. Persécutée, au cours des siècles, elle finissait fréquemment clouée aux portes des granges. Rien dans ses habitudes qui l'ont souvent rapprochée des hommes, n'a jamais justifiée une telle méprise.

Pour nicher, la chevêche apprécie les milieux offrant des cavités naturelles ou artificielles : arbres creux, saules ou mûriers taillés en "têtard", vieux murs, bâtiments désaffectés, ou même d'anciens terriers. Pour chasser, elle préfère les paysages agricoles traditionnels : bocages et prairies de fauche ou de pâture entourées de haies, friches... Par contre, elle évite les forêts et les zones d'agriculture intensive. Très variable selon les régions et les conditions climatiques, son alimentation est assurée en poids à 90% par des micro-mammifères (petits rongeurs).
Les effectifs chutent de façon alarmante en Europe et dans notre région : moins d'arbres creux dans les haies, les ruines et murs avec cavités ne sont pas conservés, les véhicules tuent de nombreuses chouettes, leur nourriture est contaminée par les pesticides...

Pourtant des gestes simples permettraient d'inverser la tendance :
- ne pas déranger une chouette qui couve dans un arbre, ni un bâtiment, généralement de mars à mai. Et ne jamais ramasser des petits tomber du nid.
- laisser accès libres aux dépendances, greniers, pour leur permettre de venir y nicher, et garder les cavités naturelles des murs et des bâtiments traditionnels.
- installer des nichoirs là où les cavités de nidifications font défaut.
- conserver et planter des haies et des fruitiers de haute tige.
- planter des saules, chênes, frênes, les tailler en têtards et préserver les vieux arbres creux.
- limiter l'utilisation de pesticides dans son jardin.
- consommer des produits locaux liés au maintient de vergers traditionnels (pommes, poires et jus)

mots-clés de recherche :