S'identifier - S'inscrire - Contact

__Fil Twitter_



OGM : Avis éclairé ou avis illuminé.

Une affaire de spécialiste

Par arnog • Réflexions • Jeudi 12/02/2009 • 5 commentaires  • Lu 2976 fois • Version imprimable


"Notre invité ce soir ... expert ... président de la commission ... ". Toute la journée, sur toutes les radios, le même refrain.

Lorsque vous avez la chance d'avoir étudié différentes sciences, il arrive parfois que les sujets abordés dans les média touchent de très près un domaine que vous maîtrisez. Et là, vous réalisez une chose : l'information s'avère souvent être une gigantesque farce, une mascarade, avec des experts qui n'en sont pas et des intervenants partisans ou pire, de fin politiciens mais de piètres penseurs (et oui, c'est possible)... Quand vous faites ce constat, vous ne pouvez vous empêcher de penser que sur les sujets que vous ne connaissez pas alors vaut mieux ne pas avoir trop confiance en ce qu'on vous présente.
Aussi, les blog permettent-ils de donner un avis. Chacun jugera donc de l'avis des autres, aussi me trouverez-vous peut être le mieux éclairé, ou peut-être me considérerez-vous illuminé, écolo borné.  Mais la situation est grâve, trop grâve pour ne pas se permettre de couper votre télé ou votre radio et réflechir... Réflechir, par vous même.

J'ai eu la chance d'étudier les sciences, j'ai été chercheur, j'ai publié dans des journaux scientifiques. Puis j'ai été expert, j'ai été amené à siéger dans des commissions... et oui, moi aussi, messieurs les spécialistes. Je connais donc le fonctionnement des ces rapports scientifiques et de ceux qui les examinent.

Je suis aussi adulte, j'ai connu Tchernobyl, avec des scientifiques de haut rang qui venaient expliquer, face caméra, l'arrêt du nuage radioactif à la frontière belge.

Je suis aussi triste, j'ai vécu de très près les conséquences du scandale de l'amiante.

Je veux être modeste, et prendre avec attention les avis des scientifiques qui n'ont jamais mis de politique dans leur cocktail de paroles, je pense ainsi à Albert Jacquard, polytechnicien, imminent chercheur et écrivain.

Mais vous l'aurez deviné, je suis certainement un peu écolo, j'ai vu en France des cultures de maïs sans apport exterieur d'eau, je cotoie des agriculteurs qui savent faire pousser des légumes de qualité grâce à des techniques oubliées des spécialistes de l'agriculture.

Je pourrais être président, car toutes mes phrases commencent par "Je".

Je suis papa, je porte donc la responsabilité de la planète que nous laisserons à nos enfants.

Pour toutes ces raisons je m'insurge contre la diffusion de tous ces rapports et contre-rapports, tous aussi biaisés, tant à leur rédaction qu'a leur interprétation et qui cherchent à nous faire croire que nous sommes certains que la culture OGM est sans risques....

Vous y croyez tant mieux pour vous et tant pis pour moi, réalisez-vous toutefois que ces technologies constituent l'appropriation du vivant par des multinationales, de grands groupes, grands et solides, bien contrôlés et soucieux de votre confort et bien être... un peu comme les grandes banques quoi...

Je pense qu'être spécialiste auprès des autorités ou à la radio est un métier. Spécialiste du fait d'être spécialiste... Nous pourrions l'appeler "specialiste en spécialisme"... Tiens au fait, aujourd'hui je suis passé chez le spécialiste de la fermentation du pain "registered trademark", et chez le spécialiste de la distribution des carburants.

Si vous avez une question, posez là ici, un spécialiste vous répondra.

A


Mots-clés : , , ,

Commentaires

commentaire spécialisé par leblase le Lundi 16/02/2009 à 10:59

réalisez-vous toutefois que ces technologies constituent l'appropriation du vivant par des multinationales

C'est la brevetisation de la Nature, plus que le combat idéologique sur les OGM qui m'inquiètent. Certaines sociétés, principalement en Amérique où l'on se targue pour démontrer l'avancée des sciences, de détenir de plus de brevets que partout ailleurs (et plus qu'en France dont le président -l'autre, pas vous- se plaint lui que le pays n'en produise pas assez) sont en train de mettre sous cache le patrimoine mondial, en mélangeant les inventions légitimes de la science avec le répertoire commun de la biologie.

Ceci dans un but qui n'est pas que mercantile, mais également stratégique.

Je ne saurais vous en dire plus là-dessus, il faudrait faire appel à un spécialiste;-)
Mais enfin, c'est un véritable hold-up perpétré sur les ressources alimentaires des générations montantes.

Le combat contre les OGM est AMHA très mal mené, depuis plusieurs années: l'arrachage de plants de maïs apparut à beaucoup, dont moi-même, avant tout l'expression d'un obscurantisme alarmiste à incidences égotico-politiques (sisi): vouloir empêcher l'étude in vivo et le manifester en pratiquant du vandalisme sous la houlette du moustachu médiatique, notre Chavez national, m'a toujours semblé être l'exact opposé de ce qu'il fallait faire.
En arrachant les plants il a ainsi, en ce qui me concerne, noyé le poisson et créé l'amalgame aux yeux de beaucoup entre l'inquiétude réelle et légitime que provoquent les OGM, et un agenda politique personnel  incohérent.
C'est dommage, car tout est à refaire.
Enfin, presque tout puisque certaines régulations existent concernant les organismes génétiquement modifiés...

Encore que ce terme soit assez inapproprié puisque l'on pratique ces modifications depuis très longtemps.
Il n'est pour cela qu'à voir un épi de maïs récolté au XVIIème siècle en Amérique et un autre, contemporain, accepté par toutes les épiceries dites "bio".
Par ailleurs, il serait bon politiquement, médiatiquement et dans un souci d'efficacité que ceux qui s'élèvent contre les OGM ne se laissent jamais prendre en photo avec des chiens dits "de race"..
Mais là c'est (presque) une autre histoire.
(disant ceci, je tiens à préciser à tout lecteurtrice de passage que je n'insinue aucunement que vous ayiez un toutou de concours, puisque je ne vous connais pas)


Re: commentaire spécialisé par asnieresensemble le Jeudi 19/02/2009 à 20:49

asnieresensemble Il ne faut pas confondre en effet OGM et sélection. Les agriculteurs, les éleveurs, les horticulteurs ont toujours chercher à améliorer les espèces pour les rendre plus productives, plus belles ou mieux adaptées au milieu, en croisant les individus qui présentaient les caractères adéquats. Mais ces modifications qui se font par sélection naturelle n'ont pas d'effets sur les espèces avoisinantes. Dans le cas des OGM actuels, les technicités intrusives sont telles que les barrières entre espèces ne sont pas respectées et c'est de là que proviennent les risques environnementaux, le deuxième danger étant économique, avec la main mise des semences par des firmes qui n'ont d'autre but que de faire acheter leur poison désherbant. Quand au risque sanitaire, pour le maïs par exemple, aucune étude indépendante des producteurs de semences n'a été financée par l'Etat, un comble !
Ben non j'ai pas de chien de race, juste un pommier racé.


Re: commentaire spécialisé par leblase le Jeudi 19/02/2009 à 23:13

Tiens, mais je l'ai déjà vu celui avec le sécateur? ;-)

.."ces modifications qui se font par sélection naturelle n'ont pas d'effets sur les espèces avoisinantes"..
Peut-on parler de sélection naturelle, alors qu'il s'agît de croisements, manipulations, spécialisations et modifications engendrées par l'activité et la recherche humaines?

Je ne suis vraiment pas (vraiment pas) un spécialiste, mais il me semble que, aussi bien dans le temps que dans l'espace, cela fait un certain moment que la production agricole massive a un effet négatif collatéral considérable sur l'environnement du point de vue biologique, nutritif, financier, politique et moral.
Je crois l'avoir vu en détaillant la différence qu'il y a entre par exemple un champ de graines dans les vallées françaises de la Beauce ou américaines du Kansas d'une part, et d'autre part les champs de graine de pays pauvres comme le Soudan, la Somalie, le Kenya, l'Ethiopie.
Ou encore les rizières des petites îles indonésiennes ou afghanes et les productions gigantesques en Chine, ces dernières polluant considérablement les ressources aquatiques et la floraison alentour (sans parler de la faune, y compris aviaire).
Pour autant, je ne suis pas favorable aux OGM mais, comme je l'ai écrit, la méthode utilisée jusqu'ici n'est pas constructive.
Alors que plus de deux milliards de gens n'ont pas assez de nourriture, je ne crois pas que l'on doive s'attaquer aux études -qu'elles soient ou non financées par l'état.
Il faut donc trouver un moyen positif, dénuée de toute apparence réactionnaire pour faire prendre conscience des dégâts causés par la surproduction (avec ou sans OGM) et concilier le besoin absolu d'augmenter ou pour le moins assurer une production et une distribution suffisantes tant en quantité qu'en qualité.
Pour faire court (mais j'ai du mal;-), il faut y mettre la forme et penser aux conséquences de nos actions sur les plus faibles.


Re: commentaire spécialisé par isabelleclep le Jeudi 19/02/2009 à 22:02

Gloups, ce que j'ai écrit n'engage que moi et non ces lieux, j'étais restée en fait sous le profil de modération...


http://www.greenpeace.fr/ogmjenveuxpas par krisRV le Mercredi 11/03/2009 à 22:04

bravo ! et c'est l'occasion de manifester son désaccord en signant la pétition de Greenpeace " ogmjenveuxpas" Non mais !!!